L'eau courante

Le blogue qui coule de source!

Étiquette : culture Page 2 of 5

Toujours dans le registre scolaire…

Cette photo est percutante, elle aussi. Ce n’est certes pas de la même ampleur que le drame humain qui se joue quotidiennement sur les rives méditerranéennes, mais c’est un drame qui s’étire, inutilement. Les enfants entassés, ensardinés, les professeurs à bout de souffle… sur la photo, tout le matériel de la classe, dans des boites. Bientôt, on mettra aussi les élèves dans des boites… ça s’empile mieux, après tout.

(Photo Patrick Sansfaçon, La Presse. Lire l’article en ligne.)

Brève de vacances estivales #11

Un des avantages de ne pas trop avoir d’horaires lorsqu’on roule en vacances, c’est de pouvoir s’arrêter un peu quand bon nous semble, lorsqu’on voit quelque chose qui pique notre curiosité. Il y a quelques années, lors d’un précédent voyage en Gaspésie, j’avais fait un crochet par le phare de Pointe-à-la-Renommée. J’y suis retournée cet année pour montrer l’endroit à l’Homme. Ce n’est pas qu’un phare: c’est aussi le site de la toute première installation de radio maritime en Amérique du Nord (station Marconi). Lorsqu’on navigue un tant soit peu, on est impressionné de s’y rendre…

 

Plein de hashtags.

‪#‎caturday‬ ‪#‎lecture‬ ‪#‎vinrosé‬ ‪#‎avecdesframboises‬ ‪#‎becausereasons‬

11223861_10155904325275341_788198516646870885_n

Vive les livres!

La marâtre pro-lecture que je suis est fort contente de voir qu’enfin d’autres gens pensent à offrir des livres à notre rouquine de 8 ans. Bonus: j’ai reconnu immédiatement la griffe de Bach illustrations sur la couverture 😀11717552_10155825383770341_67134149522574880_o

Un jour unique

Aujourd’hui, c’est un jour bien spécial. Le 29 juin 2015 est la dernière journée de travail de ma mère, Danielle. Elle part à la retraite dans quelques heures. Au moment d’écrire ces lignes, je la sais en train d’annoncer son départ à ses collègues d’une des écoles où elle a eu le plaisir (et parfois le poids) d’enseigner l’anglais à des élèves de tous les niveaux du primaire. Mais avant de parler spécialement de ma mère, j’aimerais écrire un mot pour tous les enseignants, qu’ils soient dédiés au niveau préscolaire ou universitaire: MERCI.

Lire la suite

Jeudi confession

Moi, le monde qui dit “aréoport”, “tournade”, “rénuméré” et “ouagon”… j’les juge. Big time.

cyclope

Je voudrais la faire brève,

mais je n’y arriverai pas, même si j’aime pas perdre du temps pour des trucs futiles.

Madame Bardot,

Vous me les cassez un brin avec vos allégations ridicules et vos insultes envers ce que je considère encore comme mon pays.

Je vous prierais donc très poliment de poser des besicles sur ce visage qui fut jadis gracieux, et de vous instruire un tantinet à propos de la réalité économique et écologique des provinces canadiennes sises sur l’océan Atlantique.

Lire la suite

$subject=’ffa’

C’est très rare que je parle des gens (bloggeurs) que je lis, et ceux qui découvrent ce site ainsi que les autres sections tombent sur une liste de liens périmée -plusieurs blogs sont morts, les URL’s ont changé, bref, rien n’est à jour (je sais je suis lâche). En plus de lire très peu de gens, je ne les lis pas souvent, faute de temps -vous verriez ma pile de bouquins, vous comprendriez. Ceci dit, quand je rattrape mon retard de lecture, il m’arrive de tomber sur des perles, et aujourd’hui, je les partage avec vous, ça vous fera découvrir une partie des gens que je lis.

Voilà pour ceux qui m’ont fait rigoler.

Pause pub: je vous invite tous à aller voter pour la photo numéro 98 (“L’UL en grève”) sur le site du concours de photo de l’Université Laval. Cette photo m’a valu la Une de l’Impact Campus en mars dernier, et pour l’instant, c’est la deuxième selon le résultat des votes. Les photos 95 et 96 sont aussi les miennes, mais votez pour la 98, d’après les résultats, elle est en ce moment 2eme…

Pour le diaporama qui suit, ce sont les photos du concert de Pierre Lapointe, et de deux autres assignations pour l’Impact: une “performance d’art visuel” que je traduirais plutôt par un spectacle gore sans queue ni tête exécuté par une cocaïnomane irrécupérable, et l’autre d’un mec tout sympa, Pico. Pour l’art visuel, j’ai qu’une chose à dire: “freak”.

(NDLR, ajoutée en février 2016, alors de la saisie de ces archives: je me souviens encore que la fille en blanc du diaporama jouait à s’insérer des aiguilles dans la couche supérieure de l’épiderme, en indiquant que ça ne provoquait aucune douleur puisque les terminaisons nerveuses étaient situées plus profondément…)

JJMN et slideshow hebdomadaires.

Au courant de la prochaine semaine, si la conjonction stellaire le permet, je devrais pouvoir vous en dire plus long à propos de mes cours. Vous savez déjà que j’ai des cours de géographie, et c’est un contexte complètement différent de l’an dernier, qui donne lieu à des situations tout aussi différentes mais néanmoins bloguables. (Un de ces jours, je vous gratifierai de quelques citations non-akeliennes…)

Lire la suite

Dans la série “Akelia elle a des contacts”…

… il y a l’épisode “Akelia elle emmène Rémi et Amadeo à la première du film Les Poupées Russes”.

Et dans la série “Akelia a aimé”, il y a Les Poupées Russes.

Rigolez, Français continentaux qui avez eu ce film sur vos écrans il y a des mois, il sort très bientôt ici. Eh oué c’est comme ça, les merdes voyagent toujours plus vite que les bonnes choses -c’est pour ça que vous avez les (s)hits de Céline avant nous.

Les Poupées Russes, c’est la suite de L’Auberge Espagnole, film de Cédric Klapisch.

Et c’est que du bon.

J’ai déjà parlé de L’Auberge avec des vrais gens dans ma vraie vie, et j’ai dit à peu près ceci de ce film: “c’est fou de voir qu’il y a un mec assez dingue pour prendre presque tout ce qu’il y a de plus débile dans ma tête, de faire un scénario cohérent avec, et puis d’en faire un bon film”.

Et ce soir, j’ai dit à propos des Poupées Russes: “C’est le génie de Klapisch, il prend des trucs qu’on a tous en tête, sur quoi on n’arrive pas toujours à mettre les mots, et il nous met tout ça sous le nez. Pour certains, c’est une révélation, pour d’autres, c’est l’évidence même, et pour moi, c’est les deux: c’est le talent d’avoir su combiner ce qui est évident, en le révélant avec des mots.”

Voilà… Allez voir ce film. C’est drôle, touchant, simple, poignant, frustrant, triste, complexe, adorable, surprenant… C’est la vie.smiley grimacevert

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén