L'eau courante

Le blogue qui coule de source!

Étiquette : voyage (Page 1 of 16)

Brève de vacances: Seattle (WA), jours 3 et 4

C’était effectivement un voyage très rapide… moins d’une semaine pour découvrir une ville et ses environs, sans oublier le 3h de décalage horaire et la course à pied, il fallait choisir soigneusement! Évidemment, j’avais en tête de voir la ville, le Pike Place Market, le fameux monorail (gotta love the monorail!), et quelques autres attraits plus ou moins louches de l’endroit. On a également profité du séjour pour visiter le musée de l’aviation de Boeing. Plutôt “amusant” au moment où les actualités faisaient des choux gras de la guerre commerciale entre Bombardier et son concurrent américain…

Lire la suite

Brève de vacances: Seattle (WA), jours 1 et 2

Pour mon anniversaire l’an dernier, comme on me demande toujours une liste d’idées, j’ai inscrit de tout: des trucs simples et faciles à réaliser, autant que des trucs un peu fous, qui impliquent d’autres genre de dépenses. Parmi ceux-ci, j’avais indiqué vouloir participer à une course “Beat the Blerch“. Cette course, organisée par The Oatmeal (aka Matthew Inman) a lieu chaque année, autour de la mi-septembre, dans un parc en banlieue de Seattle. Habituellement, je n’achète que le “Virtual race kit”, qui me donne un t-shirt, une médaille et quelques autres babioles. Je me contente de faire la course (10km) à une date qui me convient, et personne de l’organisation n’est au courant… c’est sur l’honneur! Or, cette année, j’ai reçu en cadeau une inscription… pour Seattle!

Lire la suite

Le magasinage du jour…

Je vis avec un geek en puissance. D’une part, geek de technologies des communications pour son travail, mais aussi, geek de gadgets en tout genre. Et parmi ces “gadgets”, incluons tout ce qui contient des piles. Par extension, ajoutons qu’il se renseigne abominablement beaucoup très trop, sur tout ce qui concerne la consommation d’énergie -surtout dans le but de la réduire. Au fil des années, on a passé au crible toutes les pièces de la maison pour changer les ampoules (il sait TOUT des DEL, gradables ou non!), on a installé un panneau solaire sur le toit de la roulotte, et lui-même a changé 3 fois de voitures pour avoir deux hybrides (Prius 2007, puis 2011) et une électrique (à génératrice), Chevrolet Volt 2017.

Je ne m’étalerai pas sur l’appréciation de conduite de ces véhicules, mais il est indéniable que l’avantage de ces voitures tient dans la diminution de consommation de carburant. Bien entendu, le rêve ultime de l’Homme est de posséder une voiture 100% électrique. Les modèles disponibles sur le marché canadien sont assez similaires: on parle de voitures compactes ou sous-compactes, d’une autonomie allant de 90 à 350km. Mais depuis que je connais l’Homme, je sais qu’il ne rêve que d’une voiture: une Tesla. Cet automne, nous avons le projet de changer sa Volt. Et de faire le plongeon vers un véhicule tout électrique. Il fallait bien sûr qu’on aille tester une Tesla…

L’essai routier a été fait par l’Homme et par moi, mais la conseillère que nous avons eue (allo Sasha!) a bien vite compris qu’il y avait très peu de choses que l’Homme ignorait des voitures. Et au final… on a chez nous autre chose qu’un simple stylo! Nous avons une Tesla Model S, 2017, 75D. Nous l’avons appelée Leia! (Oui, geek jusqu’au bout: on a accroché un petit R2D2 en Lego au rétroviseur…)

Si vous tombez sur ce billet en cherchant des informations sur les facteurs qui ont influencé notre choix, posez vos questions dans les commentaires. Le processus d’achat est assez linéaire mais plusieurs informations changent au fil des années: coût d’immatriculation, assurances, crédits d’impôt à l’achat, mais surtout: code promotionnel de Tesla. Nous en avons… et nous pouvons répondre à vos questions! Parfois, ça fait plus plaisir de lire des informations de clients francophones que d’un forum américain!

Ce chat m’envoie des messages…

Quand je me prépare à partir, c’est invariable: sur mes sacs, autour de ma valise, de mes cartables… c’est pas qu’il veut venir avec moi, c’est qu’il ne veut pas que je parte!

Une croisière avec une pré-ado et une ado

Comme on commence à avoir pas mal d’expérience en préparation de croisière et que la fille de ma meilleure amie bave de jalousie chaque fois qu’on en parle, on a décidé qu’il pouvait être une bonne idée de se lancer dans l’aventure à 4. Faut être fait fort pour partir avec une rouquine pré-ado de 9 ans, une blonde ado de 13 ans (empruntée à sa mère) et deux adultes qui savent ce qu’ils veulent!

Lire la suite

Pas-brève de vacances #9: Dubaï (Émirats Arabes Unis), 11 et 12 décembre 2016

Une autre visite complètement surprenante! On connait tous la fameuse silhouette des gratte-ciel de Dubaï, avec l’épingle du Burj Khalifa qui chatouille les nuages. Voir des images de la ville, c’est une chose… s’en approcher à partir de la mer, avec le lever du soleil en prime, c’en est une autre! Cette petite vidéo tournée avec mon téléphone ne rend pas réellement justice à l’ambiance, les photos sont un peu mieux, mais dans ma tête, c’était encore meilleur!

Lire la suite

Brève de vacances #8: Salalah (Oman), 8 décembre 2016

C’est l’un des endroits qui nous intriguait le plus lorsqu’on a réservé la croisière. Le tourisme est encore en développement, et on a lu tout et son contraire sur l’accueil réservé aux voyageurs. Peuple à la fois replié sur lui-même et ouvert aux autres, mais à des conditions très strictes, qui tendent à s’assouplir dans les plus grandes villes mais demeurent dans les plus petits milieux. On a lu que la liberté d’expression était à plusieurs vitesses, que l’égalité homme-femme était encore aléatoire et que le contact entre les différentes nations n’était pas toujours évident. Mais bon… quand on arrive en bateau de croisière… on parle tous le langage de l’argent. Pour éviter d’être arrogants, on a quand même choisi des vêtements convenables, et porté des bagues assorties, histoire de rendre le couple marié crédible.

Lire la suite

Pas-brève de vacances #7: Passage du Canal de Suez, 3 décembre 2016

Ma nuit de sommeil ayant été légèrement décalée, je me suis réveillée au moment des manoeuvres qui marquaient le départ du convoi direction Sud (Southbound). Cette journée restera longtemps gravée dans ma mémoire! J’ai essayé de prendre un maximum de notes et de photos pour me souvenir de ce que je ne reverrai probablement jamais. Tout ça est exceptionnel!

D’abord, quelques faits, infos historiques et techniques, tirées soit de mes propres recherches, soit des informations diffusées au fil de la journée par un prof-d’histoire-PhD, Alan Fisher, qui a pris le micro du capitaine à quelques reprises.

Lire la suite

Pas-brève de vacances #6: Haïfa/Jérusalem, 1er et 2 décembre 2016

On a expérimenté les changements de plan dûs à la météo! Alors qu’on devait être à quai à Haïfa le 1er décembre, puis le 2 à Ashdod, une tempête sur la Méditerranée a poussé le capitaine du Vision à changer son itinéraire: nous voilà donc à quai à Haïfa pour environ 36 heures, puisque nous n’irons pas à Ashdod et que le bateau quittera le port en début d’après-midi pour contourner et « devancer » ladite tempête, en direction de Port Saïd, l’entrée du Canal de Suez.

Les priorités ont donc changé: alors qu’on avait prévu visiter Jérusalem le lendemain, c’est notre seule chance d’y aller aujourd’hui, préférant garder l’avant-midi du lendemain pour aller marcher dans Haïfa et voir les jardins Baha’i.

Lire la suite

Pas-brève de vacances #5: Athènes, 29 novembre 2016

Autant pour Venise que pour Athènes, je ne croyais pas que l’achat d’une excursion guidée soit pertinent. L’expérience m’a appris que les tours sont la pire manière de se stresser, de pousser pour tout voir et de ne pas arriver à profiter du peu qu’on a. (La sortie de Salalah (Oman) me donnera encore raison.) On a donc choisi l’autonomie totale, et au final, on a peut-être vu moins de choses (lieux, attractions, endroits, détails) que les groupes guidés, mais on a pu le faire à notre rythme, sans stress… et ça, pour moi, ça vaut tous les tours guidés du monde!

Quant à l’obstacle linguistique, en Grèce, ça ne m’inquiétait pas vraiment (pas plus qu’en Italie). Étant dans un secteur ultra touristique, l’anglais sommaire fait partie des connaissances des gens, et en plus, puisque je sais lire et me repérer, la plupart des situations problématiques allaient être faciles à résoudre, en cas de besoin. Bonus: tous les toponymes endroits importants, ainsi que les noms de rues et les stations de métro sont transcrits en alphabet latin, ce qui fait qu’on peut se repérer « au son ».

Lire la suite

Page 1 of 16

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén