L'eau courante

Le blogue qui coule de source!

Étiquette : ego (Page 1 sur 17)

Exercice de mémoire

L’exercice de mémoire auquel ce blogue me confronte est à mi-chemin entre l’admiration et la honte, couvrant également les malaises au constat d’un écrit peu flatteur ainsi que les bons souvenirs. Cet exercice est plutôt particulier pour moi car jamais auparavant je n’avais relu mes “archives”: qu’il s’agisse de ces textes en pixels ou des mots que j’ai couchés à l’encre dans un vrai-de-vrai-journal-en-papier, il ne m’était pas encore arrivé d’avoir à être confrontée à cette “moi” du passé.

Lire la suite

Métaphysique des voeux

En ce qui concerne les fêtes en général, peu importe l’événement, il y a toujours deux catégories de gens, que l’on devine aisément: ceux qui y trouvent de l’importance, et ceux qui s’en fichent éperdument. J’ai tendance à me placer bien souvent dans la dernière catégorie. Bien entendu, le comportement des gens varie d’une fête à l’autre, qu’on peut diviser encore une fois en deux parties: les fêtes “générales”, menant bien souvent à un congé férié et donnant une raison aux abus de toutes sortes, et les fêtes individuelles à la date fixée par/pour le(s) dividu(s) donnant AUSSI une raison aux abus de toute sorte. (Fin de l’introduction habilement menée du général au particulier, qui suit.)

Lire la suite

Pour eux.

Je m’accroche.

Pour tous ces gens, je m’accroche.

Pour AB, papa d’une fille de 5 ans, jeune et en santé, qui jongle entre exercice physique, saine alimentation, gâteries et plaisirs divers.
Pour AI, qui s’inquiète toujours des interactions médicamenteuses entre ses prescriptions et qui voudrait bien que tout se soigne par l’aromathérapie.
Pour AM, qui cherche toujours conseil (judicieux ou non) à ma porte.
Pour AT, qui trouve qu’une infirmière c’est sexy, même après 16h de travail.
Pour BJ, qui a perdu son père, emporté par le cancer, et qui voudrait bien se motiver à augmenter son niveau de forme physique.

Lire la suite

L’atterrissage fait mal

Je suis de retour dans les moustiques, les Elvis Gratton ambulants, les grosses bagnoles moches, les routes limitées à 100km/h, et les imbéciles qui me tutoient. Je veux des croissants, des rond-points, une bagnole plus récente, une moto, du fromage, les Alpes dans mon jardin, et un compte en banque au positif.

Plus de détails et d’autres nouvelles au prochain bulletin…smiley mortbleu

Plus ça change…

Je sais ce que j’ai déjà écrit à propos de Benoit. Il n’a pas changé, il a toujours ces qualités, cette personnalité. Mais bizarrement il m’apparaît moins fabuleux qu’avant son départ: certains l’ont partiellement éclipsé. La distance affaiblit toujours les relations, et malgré ma détermination à conserver celle-ci, le temps n’a pas été mon allié, et la magie du début n’est plus. Il ne me manque plus après une semaine d’absence, et la promiscuité d’une chambre d’étudiants ne m’aide pas à respirer.

Par contre là il y a un noeud. Il chercherait à rester ici, alors que nous avons des engagements au Québec. Un bail, ça se brise, certes, et l’appart que nous avons est très facilement reloué, ça ne m’inquiète pas. Ce qui m’inquiète, c’est le “en attendant”. Je vais le rejoindre quand ? En septembre ? Pour passer encore des mois sans le voir, en me demandant si ça vaut la peine de poursuivre cette relation ? Je n’ai pas les moyens de me payer l’appart à moi toute seule. Si je le pouvais, je le garderais, histoire d’être tranquille dans ma tête, et d’avoir une porte de sortie.

Je crois que s’il reste ici (en France) et que je ne peux pas revenir, c’est la fin de la relation.smiley confus

Possessivité contrôlée

La jalousie est un sentiment que je ne me suis jamais expliqué, et que je refuse de concevoir comme étant une possibilité dans mes comportements. Je fais confiance à Benoit, je sais qu’il a une tête sur les épaules, je crois ce qu’il me dit, même si c’est parfois difficile.

Je suis possessive, pas jalouse. Je refuse de partager celui que j’aime. Surtout pas avec une greluche fumeuse qui se pâme comme une dinde “oooooh j’aDOOOOoooOoOoOoOooore l’accent canadien !” Non. Dégage, pétasse. Ce bras auquel tu te pends, c’est ma place. Ces yeux que tu regardes avec envie, c’est moi qu’ils aiment. Et non mais tu la vois cette putain de bague qu’il porte ?? C’est pas pour les chiens ça !

Lire la suite

Sauce aigre-douce, siouplè.

Céans, j’invente un nouveau concept: les Akelian Points (AP). Ces points sont collectés à chaque événement vécu qui demande des efforts: patience, calme, rigueur, discipline, contrôle de la respiration, peu importe. Dès que c’est difficile, Akelia gagne des Akelian Points. Y’en a qui ramassent des Air Miles, moi c’est ça.

Lire la suite

Omniprésente France.

Après avoir effacé une bonne dizaine de fois l’hypothétique première phrase de ce texte, j’en viens à la conclusion que les mots me manquent pour décrire tout ce que j’ai en tête.

Une fois de plus, la France m’arrache quelque chose. Pour trois mois, certes, mais la blessure est profonde.

Lire la suite

2005 review -parce que c’est ça qui est ça.

L’an dernier, j’ai écrit mon petit bilan perso, avec mes intentions pour l’année 2005… Revoyons tout cela ensemble, si vous le voulez bien (et même si vous voulez pas, m’en fous, chui chez moi, et toi, au fond, je t’ai vu, t’as gardé tes chaussures et t’en fous partout):

Dans la prochaine année, je vais (entres autres):
– faire au moins un “grand” voyage
– mettre fin à mon célibat (je serais tentée d’ajouter “pour combien de temps ?”)
– compléter un diplôme universitaire
– en entreprendre un autre
– manger plus de légumes
– me remettre sérieusement au badminton et à la natation
– apprendre le Jive
– jouer de la musique dans un ensemble
– changer le layout de ce site
– m’acheter un nouvel appareil photo
– et me faire tatouer

Lire la suite

On connait tous l’expression désignant une journée de merde: “journée où on aurait dû rester couché”. Eh ben y’a pire: il existe de ces journées où même le sommeil ne veut pas de nous, et nous chasse hors du lit à coups de cauchemars. Ces journées, où tout s’aligne, pour tout foutre en l’air.

Mercredi soir, minuit: j’achève de me battre avec l’imprimante qui ne respecte pas ma mise en page pour mon gros travail de 18 pages à rendre le lendemain.

Lire la suite

Page 1 sur 17

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén