En mots, puis en images.

Ce qu’il y a de bien à connaître des tas de gens partout et d’autres qui voyagent, c’est qu’on finit toujours par recevoir des trucs cools par la poste. Donc ce matin, pour une fois, le colis du facteur, il était à moi, pas à mon coloc.

Alors d’abord, je zyeute le colis vite fait, tasse de chocolat chaud à la main. J’identifie l’expéditeur après avoir vu le sceau de La Poste -“joie ! un colis français !”. Je déballe, et j’ouvre une boîte. Dans la boîte, des petits papiers chiffonnés, une petite enveloppe, et deux cailloux. Je me dis “euh, il me fait un trip à la Amélie Poulain ou quoi ?!”, j’ouvre l’enveloppe. Les couleurs du marque-pages/carte postale achèvent de réveiller mes cônes et mes bâtonnets, je lis:

Kalimera !

Alors, plutôt qu’une simple carte postale, que tu aurais fini par ranger dans une boîte quelque part, tu trouveras ci-joints trois petits santons de Santorin (rime riche !) Tu pourras à ta guise: a) les ranger dans une boîte quelque part (après tout si tu es monomaniaque des boîtes, je n’y peux pas grand chose) ou b) les faire trôner fièrement sur ta plus belle étagère, entre ton Rubik’s cube à 81 facettes et la poupée vaudou de ton ancienne proprio. Par contre, impossible de trouver sur l’île un bureau de poste décent ouvert après 14h -vu mes horaires, c’était encore trop matinal pour moi. C’est donc de Nantes que je t’envoie ce colis, non sans avoir pris soin d’y avoir glissé un peu d’air grec (si si !) et quelques cailloux. Fichues cartes postales, i’a jamais assez de place ->

Je t’embrasse,
Yvan.

(Tu m’en veux pas d’avoir retranscrit l’intégrale, dis ? 😉
Alors voilà, explication des cailloux. Déjà, la carte me faisait sourire. Je déballe les trois petits paquets, et je découvre trois jolis petits santons, peints à la main, adorables. Les couleurs et les formes de la petite église achèvent d’étirer mes zygomatiques (qui fonctionnent déjà bien ces temps-ci), et voilà, je suis réveillée, et de bonne humeur !

J’ai donc ajouté la carte postale de Santorini à mon babillard (belge, vous vous souvenez ?), lequel contient déjà des tas de trucs reliés aux voyages. Les cartes postales: Yukon, envoyée cet été par mon ancien coloc, Terre-Neuve, envoyée par Zia, Egypte, envoyée par Fabrice (je sais je suis en retard dans mes mails !!), les croissants, c’est envoyé par Lysis, tout comme la Légende de Saint-Guirec, puis New York, c’est ramené par moi. Plus à droite, une affiche du Craz E Crew, autographiée, et plus bas, une photo de Kaïn, prise par moi et autographiée également. S’ajoutent le petit tableau peint de Paris acheté à Montmartre, la bannière du MIT, et des billets de concert. Il manque une carte postale du Liban, que j’attends toujours, Romain… 😉 Merci à tous les autres ! 😀

Et tant qu’à y être dans la présentation de mon babillard, je vous montre le reste de mon bureau, avec ma lampe IKEA, l’horaire des trains de banlieue de New York (périmé mais bon), ma figurine de Snoopy achetée à Paris, la peluche de Tigre du Bengale offerte par Lysis à mon dernier anniversaire, la peluche du Festival Juste Pour Rire, le calendrier de Cassandra, et sur la tablette en haut, les santons, un kanji, Alpha (que certains connaissent “en vrai”), un volant de badminton en plumes (souvenir d’une partie avec un autre Romain), mes camions de Postes Canada et de La Poste, et ma 406, et oui, la photo de la gamine, c’est moi, à mon anniversaire de 7 ans, et re-oui, j’ai mon vélo dans ma chambre. :p

Voilà donc mon environnement de travail: couleurs, photos et souvenirs à l’honneur. Merci Yvan, j’essaie de te faire imprimer le plus vite possible cette photo que tu veux depuis longtemps… 😀