On le sait, certaines personnes ne peuvent pas s’empêcher d’en faire trop. En d’autres situations, ça pourrait être positif, d’être très généreux, mais là, c’était inutile, vraiment. Yoh, je t’assure, tu aurais pu t’abstenir d’être généreux avec ta gastro, et la garder pour toi. Tu sais, un peu d’égoïsme, ça ne fait pas de tort, parfois…

Bah ouais, je suis malade. Je dirais même plus, yé souis malaaaaaaaaaadeuuuuuuuuh, complètement trop malade. Depuis hier soir, je me traîne à la vitesse PVAP: Petit Vieux Asthmatique et Parkinsonien. Ca a commencé par un bête mal de coeur, que j’ai sous-estimé: comme la fille qui se dit “bah je me coucherai, ça va passer”, vous savez… Bah non, c’est pas passé. J’ai dormi 2 heures pendant toute la nuit, partageant mon temps entre ma chambre, les toilettes, et le corridor -les enfants à la maison, évitez d’avoir des chutes de pression lorsque vous courez aux chiottes, ça fait très mal de s’affaler lourdement. Mon bras droit, ma tête et ma hanche droite l’ont appris à 6 heures ce matin.

Résignée à ne pas dormir et à subir une nausée récurrente toutes les 30 minutes, j’ai fini par me lever, pour aller comater assise devant mon PC: au moins, je ne suis pas couchée, donc, moins de maux de coeur en perspective. Vers 10 heures du matin, alors que la nausée était partie, je me suis dirigée de peine et de misère vers mon lit, espérant récupérer un peu de sommeil… Ce fut le cas, le tout entrecoupé de réveils un peu craintifs, appréhendant toujours un peu la nausée qui me forcerait à courir à nouveau vers les toilettes…

J’ai fini par être obligée de bouger dans l’aprem, il fallait bien aller payer le loyer. De retour à l’appart, j’ai passé le reste de la journée à comater sur le canapé du salon, hésitant entre la sieste, écouter de la musique, ou baver bêtement sur mon oreiller. Ce fut un joli mélange des trois…

Conclusions:
– une gastro, ça déshydrate: je sais maintenant comment les sachets de soupe Lipton se sentent.
– il faut que je sois malade pour que les mecs fassent quelque chose dans l’appart (je me demande encore si c’est une bonne chose)(eh oh je blague quand même)
– même déshydratée, j’ai toujours mon sens de l’humour pourri (hein Zia ?)
– je le savais déjà, mais ça fait toujours un petit pincement au coeur (hum) de le constater chaque fois: je ramasse tout ce qui passe dans l’air en terme de microbes, mon système immunitaire est aussi sécuritaire qu’un firewall de Windows ME.
– une geek malade est une geek dégoûtée de la vie: impossible de coder proprement pendant plus de 15 minutes -durée maximale de ma capacité de concentration actuellement


Plus de détails et d’autres nouvelles au prochain bulletin.