Bah ouais, je suis encore en vie. J’ai perdu des plumes, je manque de sommeil, je suis pas de la meilleure humeur qui soit (en réalité j’ai plutôt des envies de meurtres assez fréquentes), bref, j’ai eu une semaine qui a atteint des sommets à peu près inégalés en terme de “semaine merdique”. Sans tout raconter parce que j’en ai marre, disons que ma liste de gens à détester a allongé, que j’ai pété quelques câbles, et que beaucoup de mouvements physiques sont à venir, et ce, avant la fin du mois. Plus de détails à venir, je devrais avoir *un peu* plus de temps, entre les exams et autres futures occupations très prenantes. Heureusement j’ai vu des gens que j’avais pas vu depuis un moment, ça a équilibré.

Bref, pour éviter de raconter quoi que ce soit d’autre, voilà quelques images… Qui, comme la musique, adoucissent les moeurs. Les miennes, du moins…

En ordre:
Que faire un dimanche après-midi pluvieux ? Des crêpes et un gâteau fraises+bananes pour des goinfres en pleine croissance.
Comment appelle-t-on un prof de Journalisme International qui parle à travers son chapeau à propos des weblogs et qui fait des fautes d’anglais au tableau ? Paul-André C.
Comment appelle-t-on un prof de Connaissance des Médias Québécois qui fait son mec jeune, cool et branché en s’asseyant sur la table pour donner son cours ? Gérard L., qui a passé la moitié du dernier cours (aujourd’hui) à faire des blagues plus nulles que les miennes.
Comment appelle-t-on une étudiante qui loupe la moitié des blagues du prof sus-mentionné parce qu’elle s’occupe autrement ? Akelia.
Comment reconnaît-on Akelia dans une salle de billard ? C’est la dingue qui place les boules en ordre, de façon à faire sortir le 1 et le 8, et qui fait une photo.
Qui a dit qu’il n’y avait QUE de la mauvaise bière au Québec ?
L’automne était presque joli dans sa robe glacée.
La rivière Saint-Charles, à Québec.