Que j’ai poursuivie, sans relâche, depuis lundi.
J’ai répété des dizaines de fois la même phrase, parcouru à peu près autant de kilomètres, en voiture et à pattes.
J’ai souffert de déshydratation.
Je me suis heurtée à une incompréhension totale à d’innombrables reprises.
J’ai essuyé encore plus de revers.
J’ai cumulé 4h30 de travail acharné. (2h15 lundi, 2h00 mardi, 15 minutes mercredi.)
J’ai failli baisser les bras. Tout abandonner. Mais chaque fois, je poursuivais ma quête.
Il m’a fallu subir “Celui qui n’a jamais été seuuuul…” pour parvenir à mes fins (saleté de radio).
Mais j’ai fini par atteindre mon objectif.

J’ai ENFIN trouvé mes P*TAIN DE SANDALES !!!!

(Mais là, je souffre, j’ai pourtant pas beaucoup marché avec, mais ouille, bobo. Hâte que les lanières s’assouplissent, parce que moi, “souffrir pour être belle”, c’est loin d’être mon motto.)pascertainbleu