(Je vais vous le dire avant ;p
Aujourd’hui c’est l’anniversaire de ma maman et je lui ai téléphoné à 7h00 avant qu’elle parte pour son boulot et puis je voulais me recoucher mais voilà, pouf, pu sommeil.)

[Édit: j’ai répondu à chaque question une par une, sans parcourir la totalité avant d’entreprendre de répondre. Wala. Ça aussi, je le dis avant que vous me fassiez une remarque quelconque.]

M’enfin, bref, donc, Mercredix Time, hein…

1/ “Plaisir d’offrir, joie de recevoir” : est-ce que ce slogan signifie quelque chose pour vous ? Le mot-indice, pour cette question, est “tirette”.
Plaisir, parce que je préfère donner que recevoir. Plaisir, parce qu’on SAIT qu’on rendra quelqu’un heureux avec ce qu’on offre (à moins de faire une connerie). Joie parce que _normalement_ on ne devrait pas s’attendre à recevoir quelque chose, et que c’est une surprise.

2/ Avez-vous un bon souvenir lié à quoi que ce soit de pneumatique ?
Instantanément, je pense à une des fois où j’ai le plus ri de ma vie.
Camp de vacances + la fête avec des moniteurs = alcool.
Évidemment, qui dit “camp de vacances” dit “lac” (chez nous, en tout cas) et donc “matériel nautique”. 23h00, aucun enfant sur le camp (arrivée prévue pour 8h30 le lendemain matin), la fête va bon train. 25 moniteurs s’émoustillent sur une plage, l’alcool tape très fort, il a fait soleil toute la journée, et il fait 25°C humides. (Un pour chaque moniteur.) Je prends une pause de la chaine stéréo (I was DJ =p) et je vais marcher un peu dans l’eau, là où il y en a juste assez pour pouvoir éclabousser les autres en courant, mais pas trop pour ralentir la course et se faire prendre. Tout le monde emboîte le pas, hop, à l’eau. Un des moniteurs, se pensant plus fin que tout le monde, attrape un canot pneumatique jaune et rose (ligne de flottaison largement submergée, poids maximal: 2 enfants de 35 kg) et entreprend de pagayer comme un défoncé pour nous contourner, nous dépasser, nous narguer, nous faire une queue de poisson et… on n’aura jamais su le fond de son idée, il a à peine eu le temps de faire 5 mètres que son Titanic a coulé, laissant son capitaine médusé patauger vers la plage, sous les éclats de rires des autres moniteurs. Qui, de la branche qui flottait par là, ou du bouchon ouvert par un autre moniteur, aura eu raison en premier du fier paquebot, ça non plus on ne le saura jamais. Dieu ait son âme. (Au paquebot, hein.) Pauvre, pauvre moniteur, il n’avait pas le pied marin…
Sinon, dans un tout autre ordre d’idées, je me souviens d’avoir réparé une crevaison avec un fou rire incontrôlable: mon cousin, de 5 ans mon aîné, penaud, m’avoue timidement qu’il ne sait pas comment changer la roue de secours. La honte, pour un Québécois de 25 ans originaire de la campagne… Du coup, puisqu’il avait les muscles et moi la science (ahem), j’ai supervisé en donnant des ordres. La conclusion: “QUE ÇA SORTE JAMAIS D’ICI, ÇA !!!” Non, sa mère ne l’a pas su. À moins qu’elle me lise. Mais ça j’en doute.

3/ Vous vous êtes endormi sous un arbre. A votre réveil, un lutin insiste pour vous amener devant trois dolmens. Sur l’un, ouvert, il y a un livre qui rayonne étrangement. Dans celui du centre, une épée est enfichée. Sur le dernier, enfin, il y a un bouclier flamboyant posé en équilibre. Le lutin vous demande de choisir l’un des dolmens, et ajoute ” je vous préviens, la notice n’est pas fournie “. Quel dolmen choisissez-vous, et pourquoi ?
Le dolmen au livre. Pasque je vois mal ce que je pourrais faire avec une épée (moi je préfère les arcs, ou les katanas), et puis si elle est enfichée, moi je serai pas fichue de l’enlever de son carcan, je suis pas… comment il s’appelait, déjà ? Heu, machin, là, avec Excalibur. M’enfin. Et puis même chose pour un bouclier flamboyant posé en équilibre. D’abord s’il se tient tout seul il a pas besoin de moi, ce bouclier, et puis moi j’ai pas besoin de lui non plus.
… Oui, je serais probablement l’espèce de geek moyenâgeuse qui se serait lâchement enfuie avec la science pendant que les vaillants soldats défendaient les fortifications de la ville assiégée.

4/ Est-ce que la mort d’une personnalité médiatique donnée vous affecterait plus que celle d’un membre de votre famille peu proche ?
Heu ben à la mort de George Harrisson, j’avoue avoir été un peu émue, contrairement au décès de mon arrière-grande-tante-Georgette que j’avais pas connue. Et puis pour John Lennon, je vous raconte pas… J’étions pas là. Mais, 10 jours après, une étoile est née, et… Comment ça, “arrête tes salades” ?!?

5/ Avez-vous un avis sur les ummites, ces supposés extra-terrestres dont les lettres auraient permis à des scientifiques occidentaux de faire d’importants progrès ? (plus d’info ici) ?
Bon d’abord ton lien il marche pas, Doc. Ensuite, si j’ai un avis… nan. Et puis même si j’en avais un, la question ne me demande pas de l’énoncer. Oui, je joue avec les mots. So what ?

6/ Avez-vous déjà confectionné des cartes de membre d’un club qui n’existe que dans votre tête ?
Bah évidemment que oui. Cartes de membre de ma bibliothèque personnelle, à l’âge de 10 ans, puis cartes de membre de mon propre club de plein-air, à 11 ans. Et y’avait d’autres membres, hein ! Sisi, j’obligeais toutes mes peluches à conserver un esprit sain dans un corps sain.

7/ Avez-vous déjà contribué, sur la base d’informations non-vérifiées mais par trop séduisantes, à propager une fausse rumeur ? (enfin : une vraie rumeur, mais infondée)
Nan, ja-mais. Enfin, c’est pas ce que la p’tite pétasse aux faux cils qu’était dans ma classe l’an dernier mais qui a abandonné parce qu’elle était enceinte de 3 mois dirait, mais bon.

8/ Combien de temps pouvez-vous supporter d’avoir les mains collantes ?
Ça se calcule en termes de secondes, le nombre idéal se rapprochant du zéro. Le temps de parcourir le chemin jusqu’au lavabo/évier/flaque d’eau le plus près. Il y a UNE SEULE situation où je prenais plaisir à avoir les mains collantes, c’était quand je me faisais une 2ème peau avec de la colle de menuisier, on laisse le tout sécher, puis on pèle tranquillement, et hop, on a les empreintes digitales au négatif.

9/ Y a-t-il une connaissance étymologique dont vous êtes tellement fier que vous la servez dès que l’occasion se présente ?
Mais elle est faite pour moi, cette question, ou quoi ? Mes cours de latin et de grec m’ont rendue encore plus chiante qu’avant (sisi c’est possible)(ça l’est encore, d’ailleurs) parce que maintenant, chaque fois que quelqu’un autour de moi cherche un mot, ou la signification d’un mot, hop, voilà Akelia qui pige dans ses racines grecques ou latines pour faire chier avec un mot sorti de nulle part… mais qui, la plupart du temps, est dans le dico, mais que personne n’y a jamais pensé, sauf en regardant dans le dico. La réaction est, la plupart du temps “raaah mais tu fais chier !” et moi je réponds invariablement”cesse tes flatteries, je resterai humble”.

10/ 1958… Une fois de plus projeté dans le temps, vous errez à Liverpool. Alors que vous buvez un verre, un jeune blouson noir ivre mort vous agresse verbalement, puis physiquement. Les gens essaient de l’arrêter, mais il se jette sur vous. Vous le repoussez, il se cogne la tête contre un angle et succombe au choc. La police admet la légitime défense, et vous apprend que le voyou s’appelait John Lennon. Sachant que vous êtes coincé en 1958… Que faites-vous ?
Raaaaaaaaaaaah. *tape du pied comme un enfant fâché* Nan mais c’est trop pas juuuuusteeeuh ! Bon, resaisis-toi, EUX ils ne savent pas. Mais MOI, je sais. Quelle chance, je joue de la guitare, et je connais déjà Imagine. Hop, Akelia est une Beatle. Vous ne vous en doutiez pas, hein ?? Bon, allez, je vous épargne mes histoires de défonce à Hamburg, le Late Show, la gloire, les meufs, Love Me Do, A Hard Day’s Night, Help, The Magical Mystery Tour, Abbey Road, Paul, Yoko, aaaah Yoko, puis la séparation, puis ma carrière solo, puis les bed-in, puis… Ha c’est bizarre, j’ai entendu un coup de feu en descendant les marches de mon hôtel à New York, je vois plus rien, mais bon, c’est pas grave, hein, parce que j’avais un bon karma, alors hop, je me réincarne 10 jours après, et… Comment ça, “arrête tes salades” ?!?