L'eau courante

Le blogue qui coule de source!

Pas-brève de vacances #9: Dubaï (Émirats Arabes Unis), 11 et 12 décembre 2016

Une autre visite complètement surprenante! On connait tous la fameuse silhouette des gratte-ciel de Dubaï, avec l’épingle du Burj Khalifa qui chatouille les nuages. Voir des images de la ville, c’est une chose… s’en approcher à partir de la mer, avec le lever du soleil en prime, c’en est une autre! Cette petite vidéo tournée avec mon téléphone ne rend pas réellement justice à l’ambiance, les photos sont un peu mieux, mais dans ma tête, c’était encore meilleur!

Lire la suite

Brève de vacances #8: Salalah (Oman), 8 décembre 2016

C’est l’un des endroits qui nous intriguait le plus lorsqu’on a réservé la croisière. Le tourisme est encore en développement, et on a lu tout et son contraire sur l’accueil réservé aux voyageurs. Peuple à la fois replié sur lui-même et ouvert aux autres, mais à des conditions très strictes, qui tendent à s’assouplir dans les plus grandes villes mais demeurent dans les plus petits milieux. On a lu que la liberté d’expression était à plusieurs vitesses, que l’égalité homme-femme était encore aléatoire et que le contact entre les différentes nations n’était pas toujours évident. Mais bon… quand on arrive en bateau de croisière… on parle tous le langage de l’argent. Pour éviter d’être arrogants, on a quand même choisi des vêtements convenables, et porté des bagues assorties, histoire de rendre le couple marié crédible.

Lire la suite

Pas-brève de vacances #7: Passage du Canal de Suez, 3 décembre 2016

Ma nuit de sommeil ayant été légèrement décalée, je me suis réveillée au moment des manoeuvres qui marquaient le départ du convoi direction Sud (Southbound). Cette journée restera longtemps gravée dans ma mémoire! J’ai essayé de prendre un maximum de notes et de photos pour me souvenir de ce que je ne reverrai probablement jamais. Tout ça est exceptionnel!

D’abord, quelques faits, infos historiques et techniques, tirées soit de mes propres recherches, soit des informations diffusées au fil de la journée par un prof-d’histoire-PhD, Alan Fisher, qui a pris le micro du capitaine à quelques reprises.

Lire la suite

Pas-brève de vacances #6: Haïfa/Jérusalem, 1er et 2 décembre 2016

On a expérimenté les changements de plan dûs à la météo! Alors qu’on devait être à quai à Haïfa le 1er décembre, puis le 2 à Ashdod, une tempête sur la Méditerranée a poussé le capitaine du Vision à changer son itinéraire: nous voilà donc à quai à Haïfa pour environ 36 heures, puisque nous n’irons pas à Ashdod et que le bateau quittera le port en début d’après-midi pour contourner et « devancer » ladite tempête, en direction de Port Saïd, l’entrée du Canal de Suez.

Les priorités ont donc changé: alors qu’on avait prévu visiter Jérusalem le lendemain, c’est notre seule chance d’y aller aujourd’hui, préférant garder l’avant-midi du lendemain pour aller marcher dans Haïfa et voir les jardins Baha’i.

Lire la suite

Pas-brève de vacances #5: Athènes, 29 novembre 2016

Autant pour Venise que pour Athènes, je ne croyais pas que l’achat d’une excursion guidée soit pertinent. L’expérience m’a appris que les tours sont la pire manière de se stresser, de pousser pour tout voir et de ne pas arriver à profiter du peu qu’on a. (La sortie de Salalah (Oman) me donnera encore raison.) On a donc choisi l’autonomie totale, et au final, on a peut-être vu moins de choses (lieux, attractions, endroits, détails) que les groupes guidés, mais on a pu le faire à notre rythme, sans stress… et ça, pour moi, ça vaut tous les tours guidés du monde!

Quant à l’obstacle linguistique, en Grèce, ça ne m’inquiétait pas vraiment (pas plus qu’en Italie). Étant dans un secteur ultra touristique, l’anglais sommaire fait partie des connaissances des gens, et en plus, puisque je sais lire et me repérer, la plupart des situations problématiques allaient être faciles à résoudre, en cas de besoin. Bonus: tous les toponymes endroits importants, ainsi que les noms de rues et les stations de métro sont transcrits en alphabet latin, ce qui fait qu’on peut se repérer « au son ».

Lire la suite

Pas-brève de vacances 4: le Vision of the Seas (& Cruising 101)

C’est notre première croisière sur un navire de cette classe, qui porte le même nom que le bateau. Le Vision a été inauguré en 1998 et à quelques chiffres près, il est très similaire au Titanic en terme de volume, taille, capacité de passagers… Il compte 10 ponts, 2 piscines, 6 spas, 6 ascenseurs, une salle d’entrainement; il mesure 279 mètres de long (le Titanic 269 mètres) et accueille 2 435 passagers et 765 membres de l’équipage (le Titanic avait 2 471 personnes à son bord lors de son voyage).

Les dimensions du Vision sont calculées pour qu’il puisse passer dans les canaux de Suez et Panama, autant par son tirant d’eau que par sa hauteur, soit 28 mètres à partir du niveau de l’eau. Dans le Canal de Suez, nous devons passer sous un pont à Ismaïlia, le seul pont rattachant la péninsule du Sinaï au reste de l’Égypte; le dégagement entre le tablier du pont et le niveau de l’eau est de 30 mètres.

Lire la suite

Pas-brève de vacances 3: Venise, 24, 25 et 26 novembre 2016

Le premier coup d’oeil sur Venise s’est fait par le hublot embué du Airbus 319. Je devine de l’eau… très près des pistes d’atterrissage de l’aéroport Marco Polo. Une fois sur place, nous devons attendre ce qui nous apparait une éternité pour retrouver les gens qui partagent le bateau-taxi avec nous jusqu’à l’hôtel. Nous sommes les derniers à descendre, ce qui nous vaut le tour presque complet du Grand Canal! Il a cessé de pleuvoir, il fait nuit, certains bâtiments sont illuminés, mais la grande majorité de la ville est dans le noir. Je réussis quelques photos et ce n’est que grâce à l’adrénaline que j’arrive à tenir jusqu’à notre hôtel, le Carnival Palace. Ça fait presque 24h qu’on a quitté Montréal et le nombre d’heures de sommeil peut se compter sur une main… disons que le dodo est urgent et imminent.

Lire la suite

Pas-brève de vacances 2: Londres en 6 heures, 24 novembre 2016

Aller à Londres pendant une escale est très simple. Comme notre avion se posait à 8h25 le matin, et que notre vol Londres-Venise ne partait qu’à 18h25 le soir, nous avions assez de temps pour quitter l’aéroport et aller marcher un peu en ville.

Du terminal 5 où nous étions, nous avons passé la douane (en ayant droit à un regard de jugement du douanier indien qui nous a griffonné un permis de séjour de 48 heures en se demandant vraiment ce qu’on allait foutre en si peu de temps à Londres), emprunté le Heathrow Express, un train qui relie le T5 à d’autres terminaux ainsi qu’à la gare de Paddington, qui est aussi une station de métro du fameux Underground londonien, où trois lignes convergent. Le trajet ne prend que 20 minutes en tout.

Lire la suite

Brève de vacances 1: vol Montréal-Londres, 23 novembre 2016

Quelques jours avant notre départ, j’étais curieuse de savoir dans quels avions nous allions voyager. Tous nos déplacements aériens sont réservés avec British Airways et j’étais bien contente d’apprendre que le vol YUL-LHR se ferait dans un Boeing 787-9, mieux connu sous le nom de Dreamliner.

C’est l’un des avions les plus modernes et confortables dans lesquels nous avons voyagé! Il s’agit des avions qui ont les fameuses couchettes en « isoloir » en première classe…

Lire la suite

La reconnaissance des artistes d’ici

Ces artistes, qui sont passés par la voie classique, la “grande porte”, les années de labeur et de répétition, l’ascension graduelle… et qui finalement, deviennent le porte-étendard bien involontaire du dicton “Nul n’est prophète en son pays”. Loin des enfants de la télé et du système des vedettes créées avec une date de péremption.  J’en connais un: le baryton Jean-François Lapointe. Je suis très heureuse de le compter parmi mes amis et d’avoir l’honneur de “toucher” un peu à sa carrière puisque je m’occupe de son site internet.

Né bleuet, il a grandi québécois et se fait un devoir de porter avec lui, partout où il va, son identité francophone. En tant que chanteur d’opéra, le choix de répertoire qui s’offre à lui contient des perles de compositeurs français et au fil du temps, il s’est forgé une solide réputation de défenseur de la culture opératique française. Est-il connu au Québec? Si peu! Une frange de connaisseurs court ses très rares apparitions dans la Belle Province. Peu médiatisé chez nous, il est pourtant fort reconnu en France, entre autres. Christophe Huss a d’ailleurs publié un papier à ce propos dans Le Devoir, la veille d’un récital auquel j’ai eu la chance d’assister. La reconnaissance tarde à arriver pour ce baryton de grand talent, espérons que les prochains mois me feront mentir!

Page 1 sur 99

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén